DIAGNOSTIC REPERAGE AMIANTE VOIRIE ET BATIMENT

Posté par consultantformateurpreventeur le 11 novembre 2015

 

Bonjour,

Dans le cadre de notre développement, nous vous proposons

 

  1. Le test de morphologie et d’ajustement (fit test amiante)
  2. Le repérage avant travaux et avant démolition (diagnostics amiante)
  3. La maintenance et la vérification des APR amiante
  4. La détection des fuites et procès verbal de bilan aéraulique
  5. La vérification annuelle de matériels électriques
  6. L’examen visuel de fin de chantier amiante  étape 1 et 2
  7. L’expertise et conseil de travaux de désamiantage

 

Pour nous contacter

Tel: 04-66-71-87-20

deuxaprotection@sfr.fr

Bureau de contrôle

Expertise amiante

Notre secteur d’activité le grand sud, avec Nîmes, Montpellier, Béziers, Narbonne, Avignon, Marseille, Nice, Arles, Perpignan, le Gard, l’Hérault, PACA, Pyrénées Orientales

 

Publié dans FIT TEST AMIANTE, REPERAGE AMIANTE, SAS 2A PROTECTION | Pas de Commentaire »

2A protection bureau de contrôle amiante VGP matériel de désamiantage

Posté par consultantformateurpreventeur le 11 novembre 2015

2A PROTECTION

2A PROTECTION

 

2A protection vous propose l’intervention de visite générale  périodique de votre matériel

Extracteur, UMD, aspirateur, anémomètre, contrôleur de dépression, matériel outils de zone,  vérification filtre HEPA, Coffret électrique, groupe électrogène, compresseur d’air, etc…..

Contactez Mme Gounant Bell

Tel: 06 59 55 32 19

 

 

Contacte

Publié dans FIT TEST AMIANTE, VGP MATERIEL -APR | Pas de Commentaire »

Morphologie, test rapport ANSES, FIT OU PAS

Posté par consultantformateurpreventeur le 28 juin 2015

Classification générale

Votre

Il existe deux catégories d’appareils de protection respiratoire en fonction de leur principe de

fonctionnement :

 

Les appareils filtrants : ces appareils purifient l’air ambiant respirable au moyen de filtres

capables d’éliminer les contaminants présents dans l’air ;

Les appareils isolants : ces appareils sont alimentés en air ou en gaz respirable provenant

d’une source non contaminée.

Les appareils filtrants peuvent être à ventilation libre ou bien à ventilation assistée. Un appareil

filtrant à ventilation libre peut être composé d’une pièce faciale et d’un filtre ou bien d’une pièce

faciale filtrante. Un appareil filtrant à ventilation assistée est composé d’une pièce faciale (1/2

masque, masque complet, cagoule, casque, etc…) et d’un ventilateur motorisé qui fournit de l’air

au porteur au travers d’un ou plusieurs filtres.

 

Les appareils isolants peuvent être autonomes. Dans ce cas, l’air ou le gaz respirable provient

d’une bouteille (source) se trouvant sur l’individu lui-même. Les appareils peuvent également être

non autonomes et dans ce cas, le porteur est relié à une source d’air respirable se trouvant à

distance via un tuyau d’alimentation.

Fuite vers l’intérieur et fuite totale vers l’intérieur (Normatif)

La fuite vers l’intérieur et la fuite totale vers l’intérieur sont deux paramètres permettant d’apprécier

le taux de particules pouvant pénétrer dans l’APR et être sources d’exposition pour le porteur :

La fuite vers l’intérieur qui vise à prendre en compte toutes les sources de fuite possibles, à

l’exception de la pénétration du filtre qui est évaluée spécifiquement : au visage (étanchéité

de la pièce faciale sur le visage du porteur), valves, raccord, etc. ;

La fuite totale vers l’intérieur englobe quant à elle la fuite vers l’intérieur et la pénétration du

filtre. Elle est donc représentative de l’ensemble des fuites possibles.

La méthode de détermination des deux types de fuite est similaire. Ainsi, pour l’évaluation de la

fuite vers l’intérieur, seule la pièce faciale est testée (le filtre est remplacé par un simulateur visant

à reproduire la résistance induite par le filtre), et pour l’évaluation de la fuite totale vers l’intérieur,

c’est l’ensemble (pièce faciale + filtre) qui est testé.

Ces exercices sont réalisés à des fins de mise sur le marché de l’APR, quelle que soit la nature de

l’aérosol vis-à-vis duquel l’APR doit apporter une protection. La séquence d’exercices n’est donc

pas spécifiquement représentative des mouvements que peut effectuer un travailleur sur un

chantier de désamiantage.

 

L’étude des paramètres et des facteurs d’influence sur l’efficacité des APR montre que la plupart

de ces paramètres interagissent et que les phénomènes sont complexes. Il apparaît que les essais

normatifs prennent en considération les facteurs prépondérants dans l’efficacité de protection des

APR et MPC. Cependant, certains auteurs recommandent que les essais soient réalisés à des

débits ventilatoires plus importants, permettant de mieux simuler le débit respiratoire lors d’une

charge de travail intense. Il convient, par ailleurs, de rappeler que la pénétration du filtre est une

composante parmi les sources possibles de fuite vers l’intérieur des APR et qu’elle ne contribue que très peu à la fuite

totale vers l’intérieur (la fuite principale étant la fuite au visage).

 

Ainsi, même si les performances des filtres s’améliorent, il n’en reste pas moins que le problème de l’étanchéité au visage demeure et que ce phénomène est encore actuellement peu étudié en situation réelle (plusieurs auteurs s’attachent à étudier des fuites induites

(percement de la pièce faciale, valve défectueuse, etc….)

mais ne s’attachent pas à étudier les caractéristiques de la fuite au visage.

2A PROTECTION

2A PROTECTION

Expert amiante

SAS 2A PROTECTION

Bureau de contrôle amiante

 

 

 

Publié dans FIT TEST AMIANTE, SAS 2A PROTECTION | Pas de Commentaire »

Test de morphologie et d’étanchéité des masques la protection aux expositions amiante

Posté par consultantformateurpreventeur le 28 juin 2015

Suivant l’arrêté du 7 mars 2013

 

Art. 1er. − Champ d’application.

Le présent arrêté s’applique aux opérations définies à l’article R. 4412-94 du code du travail.

 

Art. 2. − L’employeur s’assure que :

– les appareils de protection respiratoire (APR) sont adaptés aux conditions de l’opération ainsi qu’à la

morphologie des travailleurs, notamment en réalisant un essai d’ajustement ;

– les travailleurs sont formés aux règles d’utilisation et d’entretien des APR ;

– les conditions de nettoyage, de rangement, d’entretien et de maintenance des APR soient conformes à la

réglementation en vigueur et aux instructions du fabricant.

La mise en œuvre des recommandations de la norme NF EN 529 par l’employeur est réputée satisfaire aux

exigences du présent article.

 Art. 5. − Vérification, entretien et maintenance des appareils de protection respiratoire.

Avant chaque utilisation et conformément aux notices d’instructions du fabricant, les APR font l’objet des

vérifications suivantes :

un contrôle de l’état général ;

un contrôle du bon fonctionnement des APR ;

un test d’étanchéité permettant de vérifier que la pièce faciale est correctement ajustée par le travailleur.

Après chaque utilisation, les APR sont décontaminés.

Les APR sont vérifiés sous la responsabilité de l’employeur et conformément aux notices d’instructions du

fabricant.

Une vérification de l’état général, du bon fonctionnement et du maintien en conformité de l’APR.

 

 

Extrait de la norme EN 529

20160424_092218

II° Confort et maintenance

Même si l’utilisateur est conscient qu’un appareil de protection respiratoire est un plus pour sa sécurité, son usage n’en représente pas moins une gêne par rapport à une respiration libre en raison de son poids, de son encombrement et des différences de pression qui peuvent exister à l’inspiration et à l’expiration.

Le confort est un facteur important, qui influence le degré de protection offert par l’appareil de protection respiratoire. Le système choisi être adapté à l’anatomie de l’utilisateur et doit être agréable à porter.

Divers facteurs, souvent très personnels, déterminent le confort :

  • la      facilité d’entretien ;
  • l’accumulation d’air chaud et humide : un espace ouvert trop important à l’intérieur du système respiratoire retiendra l’air expiré, dégageant une sensation de chaleur. Une soupape expiratoire efficace permettra à cet air chaud de s’échapper facilement ;
  • l’absence de pression excessive : la pièce faciale doit être la plus souple possible.      Le demi-masque devrait avoir une forme et une taille qui permettent de      couvrir le nez, la bouche et le menton sans causer la moindre pression.
  • les brides doivent être réglées à la bonne   longueur, suffisamment large et correctement positionnées pour garantir un   bon port de l’appareil

Une bonne utilisation signifie avant tout une bonne étanchéité de la pièce faciale au visage, condition essentielle à l’efficacité de la protection apportée. Le joint facial doit avoir une bonne continuité : les hommes doivent être rasés (ni barbes, ni favoris), les cheveux longs doivent être bien attachés pour ne pas se retrouver pris entre le masque et la peau. Les lunettes doivent être enlevées à cause de l’espace créé par les branches. Certains modèles de masques complets peuvent être équipés de lunettes de vue intérieur. 

 

 

Chaque EPI et donc chaque appareil de protection respiratoire à usage non unique doit faire l’objet d’une fiche de suivi de son utilisation comportant, entre autres indications, des renseignements sur :

  • l’identification      de l’appareil : type, numéro, adresse du fabricant, notice ;
  • ses      différentes opérations de maintenance : nature, dates ;
  • son      nettoyage/désinfection.

Le nettoyage et/ou la désinfection doivent être réalisés après chaque utilisation à l’aide des produits indiqués par le fabricant, qu’il s’agisse du même utilisateur ou non.

Les éléments défectueux doivent être remplacés par une personne compétente qui se fournira auprès du même fabricant, idem pour les réglages et les petites réparations.

Pour toutes les opérations de nettoyage, entretien, réparation, stockage, remplissage, et essais d’appareils de protection respiratoire, il est important de demander et de suivre les informations précises du fabricant.

2A PROTECTION AMIANTE

2A PROTECTION AMIANTE

Expert amiante

SAS 2A PROTECTION

Publié dans FIT TEST AMIANTE, SAS 2A PROTECTION | Pas de Commentaire »

Test de morphologie et VLEP

Posté par consultantformateurpreventeur le 16 novembre 2014

MARC DESPLAT EXPERT AMIANTE

 

Suivant le rapport de l’AFSSET 2009

(L’Afsset, s’appuyant sur les conclusions du rapport d’expertise collective du Comité d’Experts

Spécialisés (CES) « Expertise en vue de la fixation de valeurs limites à des agents chimiques

en milieu professionnel », considère que : étant donné que toutes les variétés minéralogiques de fibres d’amiante connues et

commercialisées sont susceptibles d’induire un cancer chez l’homme par inhalation, il n’y a

pas lieu de les différencier en vue de la recommandation d’une valeur limite d’exposition

professionnelle. étant donné le potentiel cancérogène des fibres fines d’amiante, cette classe dimensionnelle

est à inclure pour la mesure des niveaux d’empoussièrement en milieu de travail ; étant donné que la limite de 5 micron

de longueur pour différencier une fibre « courte » (L < 5 micron) d’une fibre « longue » (L> 5 micron) ne repose pas sur des données scientifiques

d’innocuité démontrée, la cancérogénicité des FCA, même si elle reste difficilement

appréciable, ne peut pas être exclue ; en l’état actuel des données disponibles et au regard de la cancérogénicité avérée des

fibres d’amiante chez l’homme, la toxicité de ces fibres s’exerce selon un mécanisme d’action sans seuil.)

Aucun seuil d’effet sanitaire ne peut être déterminé chez l’homme pour les fibres d’amiante quelle que soit leur nature ou caractère dimensionnel.

Suivant le décret du 4 mai 2012 l’application de la VLEP maximum de 10 f/l moyenne sur 8 heures sera pris en compte à partir du 1° juillet 2015.

Suivant le rapport de l’AFSSET le mode de calcul est fait sur une carrière d’un personne exposée à ce risque amiante.

 

L’Afsset retient le modèle de l’Inserm 1997 (issu de celui de l’US-EPA 1996), après analyse de

l’ensemble des modèles d’excès de risques sanitaires disponibles à ce jour dans la littérature et en considérant des scénarii d’exposition professionnelle, car : il a l’avantage de s’appuyer sur des données de mortalité française ; la supériorité d’autres modèles n’a pas pu être démontrée au regard des limites et incertitudes associées aux méthodes de dérivation aux faibles doses.

Ce modèle a été appliqué à une population de travailleurs exclusivement masculine et une exposition majoritaire à la variété de fibres chrysotile, avec un scénario d’exposition continue à l’amiante (40 heures/semaines et 48 semaines/an soient 1920 heures par an) de l’âge de 20 à 65 ans. Son application conduit ainsi à un excès de risque de mortalité par mésothéliome ou par cancer du poumon rapporté à la population des travailleurs français de.

10-4 pour une concentration d’exposition de 3 fibres par litre (indiquant une probabilité de 1 décès additionnel par cancer du poumon ou de mésothéliome pour

10 000 personnes

exposées à ce niveau de concentration.

10-5 pour une concentration d’exposition de 0,3 fibre par litre (indiquant une probabilité de 1 décès additionnel par cancer du poumon ou de mésothéliome pour

100 000 personnes

exposées à ce niveau de concentration.

 

Donc il serait souhaitable de tenir sur l’ensemble d’une carrière d’un salarié, une représentativité d’une VLEP moyenne sur 8 heures, par processus et niveau d’empoussièrement suivant les différentes phases opérationnelles et avec pour objectif un résultat le plus bas possible.

Etablir sur un tableau l’ensemble des résultats des mesures sur toutes ces phases par processus sur un trimestre, vous  permettrez d’établir une VLEP moyenne sur 8 heures par processus représentative et de pointer le personnel concerné suivant les fiches d’expositions et les processus.

Ainsi vous obtiendrez par la suite une VLEP moyenne sur 8 heures de travail sur une période de 12 mois par salarié tous niveaux concernés et processus.

Autant dire que les stratégies  d’échantillonnage des chantiers tests et de validations devraient convenir parfaitement  pour établir cette VLEP représentative par salarié annuellement afin de transmettre le résultat à tous les acteurs de la prévention.

Mais avant toutes choses et suivant l’article 2 de l’arrêté du 7 mars 2013 l’opérateur doit posséder un test de morphologie valide afin de pouvoir utiliser le FPA de L’ APR pour prendre en compte le calcul de la VLEP.

 

 

Publié dans FIT TEST AMIANTE, SAS 2A PROTECTION | Pas de Commentaire »

Nouveau masque amiante EN 12942 EN 136 cl 3

Posté par consultantformateurpreventeur le 12 octobre 2014

Merci à Patrick pour nous avoir prêté ce nouveau masque CLEANAIR  CX.

Voici donc le dernier CLEANAIR avec trois taille / S  /  ML  /   L

Des fixations de brides métalliques, une très bonne vision panoramique,  un demi masque enveloppant, une fabrication de bonne facture et le passage sur notre banc nous assure une bonne pression résiduelle positive.

Beaucoup de masques sont à taille unique, celui-ci suite à un test de morphologie sera plus adaptable suivant les tailles et les personnes.

20141011_234351

Publié dans FIT TEST AMIANTE, VGP MATERIEL -APR | Pas de Commentaire »

123
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus